14h00-17h00
Bibliothèque A. de Tocqueville

Hors les murs Comité du film ethnographique consacré à l’œuvre de Jean Rouch par Laurent Pellé, délégué général du Comité du film ethnographique, en présence de Jean-Pierre Beauviala et David Desramé, cinéaste.

Jean Rouch : un ethnologue pour les cinéastes et un cinéaste pour les ethnologues. 

Cet art de faire le grand écart entre science et cinéma, exercice novateur, influencé par l'expérience de l'ethnologue Marcel Griaule, fera de Jean Rouch, entre la fin des années 1940 et celle des années 1950, un chercheur en sciences humaines et sociales original mais aussi un créateur qui bouleversera les codes de la réalisation du documentaire et dans une certaine mesure ceux du film de fiction. Cet entre-deux assumé, d'un ethnologue à la démarche consciente des changements majeurs survenus en Afrique dans les années 1920 et d'un homme nourri par la culture cinématographique matinée de surréalisme, le conduit à donner à comprendre et à voir le continent africain sous un jour nouveau. Cette approche du parcours de Jean Rouch, ingénieur de formation, sera complétée par sa passion pour l'évolution du matériel cinématographique (image et son), pour laquelle il œuvra de nombreuses années.

 

Jean-Pierre Beauviala a inventé des caméras innovantes, notamment la caméra « pour déambulations urbaines » dès 1969 ou la fameuse « chat sur l’épaule », que Jean Rouch utilisera sans pourtant en exploiter l’intégralité des possibilités techniques, au grand dam de son créateur.

C'est en 1993 que David Desramé, anthropologue de formation, rencontre Jean Rouch qui l'initie à son cinéma. Des terres africaines aux taïgas radioactives, des déchirements du continent européen aux performances d'un collectif d'artistes internationaux en passant par les raffinements surannés d'une finishing school suisse (école de bonnes manières) ses films scrutent avec singularité notre environnement social et culturel.

 

 

 

 

19h00-23h00
Cinéma Lux

Yenendi de Ganghel, le village foudroyé

Jean Rouch

France | 1968 | 35 mn

Film analysé par Laurent Pellé

La foudre a frappé la case d'un pasteur peul près de Ganghel, un village de pêcheurs sédentarisés, au Niger. Le prêtre Zima et le pêcheur Sorko organisent un « Yenendi », cérémonie de purification, pour obtenir "l'eau du ciel mais pas le feu du ciel".

Durant la pause, la cafétéria du Cinéma LUX vous propose une restauration légère.

Moi, un noir

Jean Rouch

France | 1958 | 80 mn | vof

Film analysé par Laurent Pellé

Deux jeunes nigériens ont quitté l'intérieur des terres pour venir chercher du travail en Côte d'Ivoire. Ils ont échoué à Treichville, quartier populaire d'Abidjan, déracinés dans la civilisation moderne. Le héros qui raconte son histoire, se fait appeler Edward J. Robinson en l'honneur de l'acteur américain. Ses amis ont pris, de la même manière, des pseudonymes destinés à leur forger, symboliquement, une personnalité idéale.

Prix Louis-Delluc 1958

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now