14h00-18h00
Bibliothèque A. de Tocqueville

​« Moi, Pierre Rivière ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère… »

René Allio

France | 1976| 126 mn | vof

Un film choisi et commenté par Jeanne Favret-Saada

Une fiction inspirée de faits réels. Le 3 juin 1835 à Aunay-sur-Odon, Pierre Rivière, un jeune paysan de vingt ans, égorge à coups de serpe sa mère, sa sœur et son jeune frère. A peine emprisonné, le meurtrier, que la plupart des témoins décriront comme un garçon au comportement étrange, voire sous les traits d’un idiot, entreprend la rédaction d’un épais mémoire, texte d’une stupéfiante beauté, véritable autobiographie dans laquelle il expose les raisons qui l’on conduit à son geste : délivrer son père des « peines et afflictions » que lui faisait subir son épouse depuis le premier jour de leur mariage…Tourné avec des non professionnels dans la plupart des rôles principaux – recrutés parmi les paysans de la région- René Allio construit une œuvre singulière et forte. 

​Mise en voix d’extraits de Les mots, la mort, les sorts de Jeanne Favret-Saada par la compagnie En faim de contes (ouvrage publié en 1977). Lecture : Lorraine Ollagnier, accompagnement musical : Marion Motte

Rencontre avec Jeanne Favret-Saada qui nous présentera un des aspects de ses recherches sur la sorcellerie dans le bocage : le désorcelement comme moyen de réconciliation, comment l’action d’un désorceleur peut avoir l’effet d’une thérapie, notamment dans le cadre de la résolution de conflits au sein d’une famille gérante d’une exploitation agricole.

« Dans le Bocage, être ensorcelé c'est être pris dans la répétition de malheurs qui atteignent gravement les personnes et les biens d'un ménage. N'importe quoi peut se produire dans cette escalade mortelle dont les victimes attribuent l'initiative à un sorcier.

Seul un désorceleur a le pouvoir de vaincre l'agresseur, en lui livrant un combat magique. Être pris dans les sorts, dans la mort, dans les mots qui nouent le sort ou qui le détournent, c'est un tout ».

18h30-23h30
Cinéma Lux

Aperonews de la radio 666 en direct du cinéma LUX.

« C'est l'heure de l'apéro, c'est l'heure des news, c'est l'heure des Aperonews. Et c'est super délire, super radio,yes, yes ,yo, yo »

Casus belli.

Sur les sentiers de la paix

Anne Lévy-Morelle

Belgique | 2014 | 101 mn | vof et vosf

Rencontre avec Barbara Truffin, anthropologue

Un "casus belli" c’est, littéralement, un motif de guerre. Ce motif peut être essentiel ou futile, et le feu qu’il allume une guerre mondiale ou une querelle de voisinage : certaines étapes seront les mêmes. Incompréhension, interprétations de signes, actes ou paroles, dénigrement, insultes franches ou voilées, escalade. Le feu est plus facile à allumer qu’à éteindre ! Ce film s’intéresse au difficile travail de ramener les humains en discorde à une paix relative. Devant eux, le théâtre de l’humanité, avec ses ruses, ses manœuvres de séduction, et sa sincérité.

Images en bibliothèques - Paris (France), Film soutenu par la Commission nationale de sélection des médiathèques 2015

Durant la pause, la cafétéria du Lux vous propose une restauration légère.

Emission Rhizomes de l’Institut nomade en live

30 minutes - Alexandre Le Petit, Flora Pilet, Anaïs Dumaine, Stéphanie Brault, Chloé Bour

Rhizomes live - performance sonore de l'institut nomade qui portera sur le thème de la réconciliation. Le principe de l'émission repose sur la construction d'un paysage sonore, composé et mixé en direct, en compagnie de contributeurs de l'institut nomade, de lecteurs, et d'invités dont les voix, les désirs et les questions fondent la trame de la composition collective.

​Justice à Agadez

Christian Lelong

Niger, France | 2004 | 78 mn | vostf

Rencontre avec Christian Lelong (sous réserve) et François Sculier, monteur du film

À Agadez, au Niger, il y a des policiers et des tribunaux, comme ailleurs. Mais il existe à côté d'eux un deuxième système judiciaire, héritage vivant d'une tradition   musulmane empreinte du cosmopolitisme de la capitale touarègue. Le cadi est une sorte de juge de paix traditionnel, dont la référence est le Coran. Les audiences sont la scène où se représente toute une société…

Traces de Vies Rencontres du film documentaire – Clermont Ferrand (France) - Grand Prix 2005

Yazid Ben Hounet, anthropologue, sera présent toute la durée du festival pour apporter son éclairage. Chargé de recherche au CNRS, membre du Laboratoire d’Anthropologie Sociale et du Centre Jacques Berque.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now